• lien ANRAT
  • lien ACORAM
  • lien ANORAA
  • lien ANORGEND
  • lien GORSSA
  • lien FNASOR
  • Les autres associations

 

Portrait Richard Roll

Le 3 août 2012, le commissaire en chef de 2e classe de la marine (R) Richard Roll a pris la présidence de la CIOR, en relais de la présidence norvégienne. Son équipe composée de personnels multilingues actifs dans la réserve opérationnelle est prête, motivée et déjà en action.

 

La préparation de la PFC (présidence française de la CIOR) a commencé par la proposition par l’UNOR, en 2008, de la candidature de la France. Son aboutissement a été matérialisé par une directive du CEMA puis la signature d’une note fin 2011 par le général de division aérienne Jean-Luc Jarry, Délégué interarmées des réserves.

Le président a été choisi fin 2008 avec une candidature acceptée par l'ensemble des Nations, puis les grandes lignes de l’action de la PFC ont été définies. Le portage budgétaire a été confirmé par les trois armées et par la gendarmerie et, enfin, l’équipe a été assemblée : 12 réservistes représentant les origines variées des réserves actuelles qui se réunissent désormais régulièrement dans le cadre prestigieux de l’Hôtel national des Invalides.

 

Comme à chaque étape depuis la phase initiale, la délégation française à la CIOR est représentée et associée aux travaux de la PFC.

 

Trois lignes de force

logo CIOR

La nouvelle Présidence sera cohérente, en phase avec les priorités nouvelles des réserves. Pendant les deux années à venir, la PFC s’appuiera sur les trois lignes de force de la CIOR :

  • productrice d’idées et d’action pour les réserves ;
  • filière d’excellence ;
  • image du futur des réserves.

La PFC mettra en avant deux thématiques aujourd’hui majeures dans le fonctionnement et le rôle des réserves :

  • les réservistes, acteurs de la gestion civile et militaire des crises ;
  • les réservistes vecteurs de l’esprit de défense dans nos sociétés civiles.

Les deux années de présidence française seront intenses : Congrès et IBM, comités de réflexion, compétition militaire internationale, académie des langues, séminaire géopolitique et symposium à piloter. Les 12 réservistes passionnés de la PFC y consacreront toute l’énergie nécessaire, et l’équipe sait pouvoir compter sur l’appui de l’UNOR et de ses puissantes associations nationales et territoriales.

 

 

 Transmission fanion CIOR

 Le capitaine de vaisseau (R) Jon Erling Tenvik (à gauche), président sortant, transmet le fanion de la CIOR

au commissaire en chef de 2e classe de la marine (R) Richard Roll. © Henry Plimack/CIOR

 

 

 

L'équipe de France de la CIOR emmenée par le  LCL (R) Jean-Philippe Labadie © UNORLa Confédération interalliée des officiers de réserve (CIOR) réunit annuellement, depuis 1948, les pays membres de l’OTAN et invités en un congrès. Parallèlement se déroule le championnat international des officiers de réserve. La compétition consiste en un pentathlon militaire confrontant les équipes à des épreuves bien spécifiques :

-  tir : pistolet (25 m) et fusil (200 m) en vitesse et précision, avec les armes réglementaires de dotation du pays hôte ;

-  parcours d’obstacles terrestre (vingt obstacles sur 500 m) et parcours aquatique (quatre obstacles sur 50 m) ;

-  raid d’orientation sur 15 à 20 km topo.

 

En 2018, le pentathlon militaire s’est tenue à Québec au Canada, sur la base militaire de Valcartier. Début août, douze nations (Allemagne, Hollande, Danemark, Norvège, Suède, Finlande, Suisse, Grande-Bretagne, États-Unis, Canada, Afrique du Sud, France) ont engagé quarante équipes de trois compétiteurs.

 

Comme chaque année, la France a répondu présente et s’est montrée à la hauteur. Par le biais de l’UNOR, elle a engagé cette année trois équipes : une équipe novice (FRA 1), une équipe féminine (FRA 2), une équipe vétéran (FRA 3)*, regroupant des militaires sélectionnés sur toute la France. Les résultats obtenus au Canada sont très satisfaisants : l'équipe FRA 2 (équipe féminine) a remporté la compétition pour la deuxième année consécutive et l'équipe FRA 1 finit 3e de sa catégorie.

 

* « novice » : équipe participant pour la première fois à la compétition ; « féminine » : équipe composée uniquement de femmes ; « vétéran » : équipe participant depuis plus de quatre ans.

 

  • La délégation française en 2018
    -
    Équipe FRA 1 : le LTN (R) Gauthier Bardi de Fourtou (5e RHC), le SGT (R) Philippe Males (8RPIMa), le CPL (R) Tom Lefort (6RG).
    - Équipe FRA 2 : le SLT (R) Marine Seeleiter (6RG), le SLT (R) Claire Bolze (27e BIM), le BRI (R) Alexia Carrer (54e RA).
    - Équipe FRA 3 et encadrement : LCL (R) Jean-Philippe Labadie (DMD 78), CBA (R) Olivier Rey (54RA), CNE (R) Christophe Adrien (DMD 75).
  • Pour tous renseignements pour intégrer les équipes : lieutenant-colonel (R) Labadie - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Sur la plus haute marche du podium pour la deuxième année de suite, les athlètes de l'équipe FRA 2 : de gauche à droite, le BRI (R) Alexia Carrer, le SLT (R) Marine Seeleiter, le SLT (R) Claire Bolze. © UNOR

 

 

L'équipe novice FRA 1 : de gauche à droite, le LTN (R) Gauthier Bardi de Fourtou, le CPL (R) Tom Lefort, le SGT (R) Philippe Males. © UNOR

© UNOR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

logo CIORLa CIOR (Confédération interalliée des officiers de réserve) est aujourd’hui une organisation cadre affiliée à l’OTAN. A caractère non politique et sans but lucratif, elle regroupe les associations nationales des officiers de réserve des pays membres.

 

En cohérence avec ses activités nationales, l'UNOR participe aux actions internationales dans le cadre de la CIOR. Au centre des échanges entre les associations interarmées d’officiers de réserve qui la composent, la CIOR, créée en 1948, est reconnue tant par les ministères de la Défense des 29 nations de l’Alliance atlantique (auxquelles s’ajoutent une dizaine de pays partenaires), que par le comité militaire de l’OTAN. Elle représente plus d’un million d’officiers de réserve.

 

Chaque année, le président de la CIOR est invité à prendre la parole au sein du comité militaire de l’OTAN pour parler de l’activité de la confédération et pour restituer les conclusions des travaux menés.

 

Une filière d’excellence

La CIOR est une filière d’excellence pour former les officiers de réserve à l’international. Elle a pour but de former les officiers de réserve aux procédures de travail dans le cadre de la coopération internationale et de la coalition. Les travaux en comité, l'atelier des jeunes officiers de réserve et la compétition sportive militaire concourent, de par leur spécificité, au développement des connaissances et des compétences du réserviste, tant sur le plan personnel que militaire ou professionnel.

Des évènements phares comme son symposium et son séminaire géopolitique, ainsi que les travaux de ses différents comités permettent d'inscrire également la CIOR dans un rôle de laboratoire d'idées. En effet, certains « produits » de la CIOR sont utilisés et valorisés au niveau des ministères des Nations qui composent l’Alliance et la CIOR.

 

Une délégation française active

La France est représenté au sein de la CIOR par sa délégation menée par le lieutenant-colonel (R) Philippe Ribatto, président de l’UNOR, secondé par le commandant (R) Fabrice Maronneaud, secrétaire de la délégation française.

Les membres de la délégation, issus de toutes les armées, interviennent comme délégués au sein des différents comités et structures de formation : défense & sécurité (DEFSEC), actions civilo-militaires (CIMIC), partenariat pour la paix (PfP&O), groupe de travail symposium (SWG), groupe de travail communication (PAWG), affaires juridiques (LEGAL), atelier des jeunes officiers de réserve (AJOR), académie des langues (ACL), compétition militaire (MILCOMP), comité du séminaire "Winter Seminar Committee".

Les délégués français ont pour mission d’accroître la valeur ajoutée de la CIOR en développant la formation individuelle et les prospectives des réserves à l’international.