• lien ANRAT
  • lien ACORAM
  • lien ANORAA
  • lien ANORGEND
  • lien GORSSA
  • lien UNCREA
  • lien FNASOR

 

 

 

 

En quoi consiste la réserve civile de la Police nationale ?

 

Si vous voulez aider et agir pour la sécurité, renforcer le lien entre la police et la population, vous pouvez devenir réserviste civil de la Police nationale. Vous participerez ainsi à des missions de soutien à l’activité opérationnelle, de spécialiste ou d’agent de police judiciaire adjoint, en principe au plus proche de votre domicile.

La réserve civile permet aux policiers et à l'ensemble de la population d'accomplir des missions de soutien et d'assistance dans le domaine de la sécurité.

 

 

Quelles sont les conditions d'admission ?

 

- Être de nationalité française.

- Avoir entre 18 et 65 ans.

- Disposer de certaines aptitudes physiques requises pour exercer une activité dans la réserve.

- Être en règle au regard des obligations du service national : Journée Défense et Citoyenneté (JDC ex-JAPD) accomplie pour celles et ceux nés après le 31 décembre 1979.

- Ne pas avoir été condamné soit à la perte des droits civique ou à l’interdiction d’exercer un emploi public, soit à une peine criminelle ou correctionnelle inscrite au bulletin n° 2 du casier judiciaire.

 

Afin d'acquérir les bases juridiques et techniques, une formation de 10 jours est dispensée dans une école nationale. Il est possible d'effectuer jusqu’à 150 vacations maximum par an qui ouvrent droit à une indemnité journalière.

 

 

Quelles sont les missions ?

 

Vous pouvez participer à des missions de soutien à l’activité opérationnelle, de spécialiste ou d’agent de police judiciaire adjoint, dans la limite des conditions fixées par l’article 21 du CPP, en principe, au plus proche de votre domicile.

 

 

Les démarches et le contrat d'engagement

 

Les démarches :

Remplir un dossier de candidature accompagné des pièces justificatives demandées et le retourner par voie postale auprès du secrétariat général pour l’administration de la police (SGAP) situé dans le ressort géographique de votre domicile.

Si vous résidez en Ile-de-France, le dossier de candidature est à transmettre par voie postale à la direction des ressources et de compétences de la police nationale (DRCPN).

 

Le contrat d'engagement :

Après avoir satisfait à un entretien de recrutement et à la visite médicale d’aptitude, le service chargé de la gestion des réservistes vous proposera de signer un contrat d’engagement en qualité de réserviste de la police nationale. Ce contrat est d’une durée d’un an renouvelable tacitement dans la limite de cinq ans. Il précise la direction ou le service d’affectation, le niveau de fonctions exercées, la rémunération, l’organisation du temps de travail, la durée de l’obligation de disponibilité du réserviste et les modalités d’interruption ou de fin de contrat.

Les candidats retenus pour des missions de spécialistes peuvent faire l’objet d’un entretien complémentaire destiné à évaluer leurs compétences techniques au regard de la mission exercée.

Dossier de candidature en cliquant sur ce lien.

 

 

La rémunération

 

La rémunération :

Chaque vacation ouvre droit à une indemnité journalière de réserve (voir ci-contre) calculée en fonction des compétences requises pour exercer les missions confiées: auxiliaire, réserviste première ou deuxième classe, expert 1, 2 ou 3.

Grille des indemnités journalières de réserve en cliquant sur ce lien.

 

 

La formation et l'équipement

 

La formation :

En fonction des missions qui vous sont confiées, vous bénéficiez d’une formation initiale de dix jours dispensée dans une école nationale de police.

Cette formation vous permettra d’acquérir les bases juridiques et techniques nécessaires à l’exercice de vos missions. Elle s’articule autour de quatre modules :

  •     Les principes d’organisation et de fonctionnement de la police,
  •     Les missions dévolues aux réservistes,
  •     Les règles de sécurité en intervention,
  •     Une information relative aux armes.

Si vous êtes recruté en qualité d'expert, vous effectuerez une seule journée de formation.
Si vous exercez des missions nécessitant la qualité d'agent de police judiciaire adjoint, vous participerez au préalable à une formation complémentaire de dix jours qui vous permettra d'acquérir des connaissances en matière de droit pénal et de procédure pénale.

 

L'équipement :

Si vous exercez des missions sur la voie publique vous êtes doté d'une tenue, d'un gilet pare-balles, en fonction de la mission, et de l'insigne de la réserve civile. Vous n'êtes pas armés. Les autres missions sont exercées en tenue civile.

 

 

La protection sociale et fonctionnelle et la couverture des risque

 

Vous avez droit en cas de dommages subis pendant la période d’emploi ou de formation dans la réserve civile, et le cas échéant vos ayants droit, à la réparation du préjudice subi.Si vous êtes victime d’une blessure en service ou d’un accident de trajet pendant votre période d’emploi ou de formation dans la réserve civile, vous êtes pris en charge par l’administration employeur.

 

 

Policiers retraités : intégrez la réserve civile

 

La réserve de la Police nationale est également ouverte aux policiers retraités depuis moins de 5 ans. Ces professionnels transmettent ainsi leur savoir-faire et participent à des missions de soutien à l'activité opérationnelle, de spécialiste ou d'agent de police judiciaire.

Toutes les informations en cliquant sur ce lien.

 

 

Informez-vous

0800 22 0800 (appel gratuit depuis un poste fixe)
www.interieur.gouv.fr (lien vers la réserve civile)
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 
 

 

 

À lire également

 

 

Devenir réserviste dans les Armées.

 

 

  

Devenir réserviste dans la Gendarmerie nationale.

 

  
 
 

Source : http://www.police-nationale.interieur.gouv.fr

 

 

 

 

 

En quoi consiste la réserve de la Gendarmerie nationale ?

 

La réserve opérationnelle de la gendarmerie renforce l'action des unités d’active et les structures de commandement. Les réservistes contribuent directement, aux côtés de leur camarades d'active, à la production de sécurité (garantir la protection des personnes et des biens, renseigner, alerter, porter secours) comme à la bonne exécution des lois.

 

 

La réserve de la Gendarmerie nationale est constituée de deux composantes
 

La réserve opérationnelle et la réserve citoyenne.

- Les réservistes sous ESR sont convoqués pour renforcer temporairement les unités de gendarmerie proches de leur domicile.

- La réserve citoyenne est fondée sur l'engagement personnel, désintéressé et effectué dans un esprit de neutralité de bénévoles issus de la société civile, désireux de se rendre utiles pour l'Institution et affichant un haut degré d'expertise dans les domaines juridique, des nouvelles technologies, de la communication, des finances ou de l'immobilier, entre autres.

 

 

Quelles sont les missions ?

 

Les réservistes sous ESR sont convoqués pour renforcer temporairement les unités de gendarmerie proches de leur domicile et participer notamment :

- au service quotidien des unités (patrouille de surveillance, contact avec la population, aide, conseil et secours) ;

- à la sécurité de manifestations sportives ou culturelles ;

- à des dispositifs de recherches ;

- à des missions de sécurité publique ou de lutte contre la délinquance ;

- à des mesures exceptionnelles de sécurité telles que le plan VIGIPIRATE ;

- à la gestion des conséquences des catastrophes naturelles ou accidentelles ;

- à l'encadrement des sessions de JDC ou de formation des réservistes ;

 

Le temps consacré à ces activités peut aller jusqu’à 30 jours par an.

 

 

Quelles sont les conditions d'admission ?

 

- Être de nationalité française.

- Être âgé de 17 ans au moin.

- Avoir satisfait aux obligations du service national, avoir suivi la JAPD ou la JDC.

- Avoir une bonne condition physique.

- Être apte moralement et psychologiquement.

- Être détenteur du diplôme de gendarme adjoint de réserve (DGAR), obtenu à l'issue d'une préparation militaire encadrée par la gendarmerie. Pour en savoir plus sur la préparation militaire en gendarmerie (PMG), cliquez ici.

 

Demande d'informations en cliquant ici.

 

Le contrat d’engagement à servir dans la réserve opérationnelle (ESR) de la gendarmerie consacre le volontariat du réserviste. La signature du contrat est suivie d’une affectation dans la réserve opérationnelle après reconnaissance préalable de l’aptitude de l’intéressé à participer à des activités militaires.

 

 

Épreuves et inscriptions

 

Épreuves :

Les candidats sont soumis à un test psychotechnique qui se déroule sur une journée, en région.

 

Inscriptions :

Le recrutement est permanent. Vous pouvez vous inscrire dans la brigade de gendarmerie la plus proche de votre domicile ou auprès du centre d'information et de recrutement de votre région, joignable au 0820 220 221.

 

 

Pièces à fournir pour constituer le dossier de candidature

 

- Deux photographies d'identité récentes et en couleur ;

- Une photocopie recto verso de la carte nationale d'identité en cours de validité ;

- Une photocopie du certificat du service militaire ou de l'attestation de dispense délivrée par la Direction du Service National, ou une photocopie du certificat de participation à la JAPD ou JDC ;

- Une photocopie de la décision du bureau du service national de rattachement attestant de l'aptitude au service après avis d'une commission de réforme des militaires ;

- Une photocopie du permis de conduire ;

- Une autorisation parentale ;

- Un justificatif de domicile ;

- Une photocopie du diplôme le plus élevé.

 

 

La carte de réserviste et la tenue

 

La carte :

Les officiers, sous-officiers et militaires du rang de réserve ayant souscrit un ESR sont détenteurs d’une carte professionnelle électronique leur permettant de justifier de leur qualité de réserviste de la gendarmerie nationale et d'accéder aux applications informatiques, au même titre que les personnels d'active.

 
La tenue :

Les personnels sous ESR sont dotés d’un paquetage de service courant et d’un paquetage réduit de campagne. 

 

 

Le déroulement de carrière

 

Les officiers, sous-officiers et militaires du rang de réserve sont prioritairement affectés en unités territoriales, éventuellement en état-major.

L’avancement a lieu exclusivement au choix et sous conditions.

Les réservistes peuvent, sous certaines conditions, se porter candidat pour suivre le cursus de formation des officiers de réserve.

 

 

Limite d'âge et rémunération journalière

 

Les limites d’âge des réservistes sont celles des cadres d’active définies par le statut général des militaires augmentées de cinq ans (cf. tableau des limites d'âge). Pour les militaires du rang, elle est actuellement de 50 ans.

Chaque période d’activité fait l’objet d’une convocation qui ouvre droit à une rémunération journalière et éventuellement à des indemnités de déplacement et d’alimentation. Le calcul est effectué sur la base d’un militaire célibataire, sans enfant à charge. Les rémunérations évoluent en fonction de la situation de famille. Des indemnités de déplacement et de repas peuvent s’y ajouter, ainsi que d'éventuels frais de mission.

 

 

Comment suivre l'actualité de la réserve de la Gendarmerie nationale ?

 

Toute l'actualité de la réserve militaire est sur :

- le site Internet de la Fédération nationale des réservistes opérationnels et citoyens

de la Gendarmerie nationale (ANORGEND).

- le site Internet de l'Union nationale des officiers de réserve et des organisations de réservistes (UNOR)

 

 

Renseignements sur le site Internet "Moyen d'INformation Opérationnelle et de Traitement AUtomatisé de la Réserve"

MINOT@UR

 

 

 

À lire également

 

  

Devenir réserviste dans les Armées.

 

 

 

 

Devenir réserviste dans la Police nationale.

 

 

 

Source : http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr - http://www.anorgend.org

 

 

Drapeau de l'UNORL'Union nationale des officiers de réserve et des organisations de réservistes (UNOR) est une association régie par la loi du 1er juillet 1901, déclarée le 23 mai 1922 et reconnue d’utilité publique par décret du 24 février 1967.

Elle s'est notamment donnée pour missions de fournir aux chefs responsables, comme force de réflexion, d'initiative et d'innovation dans le domaine de la réserve militaire, toutes informations ou suggestions sur l'utilisation et le développement de celle-ci. Pour cela, l'UNOR participe notamment :

  • au Conseil supérieur de la réserve militaire (CSRM).
  • à la Commission armée-jeunesse (CAJ).
  • aux différentes commissions et compétitions militaires de la Confédération interalliée des de officiers de réserve (CIOR), dont elle est membre.

 

PAR AILLEURS, L'UNOR :

  • contribue au maintien et au développement du lien armée-Nation en portant l'effort sur l'esprit de défense et les valeurs qui s'y rattachent, et en favorisant les relations employeurs-armées-famille.
  • participe avec les différentes autorités, au devoir de mémoire. Une convention avec le "Souvenir Français" a d'ailleurs été signée le 22 janvier 2005.
  • aide au recrutement des militaires d'active et de réserve par une information appropriée aux jeunes.
  • aide à la reconversion des militaires en fin de contrat et des réservistes.
  • organise des actions sportives de maintient en condition au profit des réservistes (raids, tirs, activités de montagne, marches, etc.).
  • sert de relais d'information et de connaissance de l'institution militaire en organisant des conférences.
  • défend les intérêts moraux et matériels, ainsi que les intérêts professionnels civils de ses adhérents en développant notamment une action sociale.
  • établie des relations avec les réservistes étrangers par la mise en place de jumelages.
  • promeut la réserve militaire en contribuant de façon très active à la JNR, Journée nationale du réserviste.
  • favorise l'essor des organisations de réservistes des trois armées, de la gendarmerie, de la Délégation générale à l'armement et du service de santé des armées.

      

 

 

 

Jumelage UNOR-Espagne

               Marche de Nimègue

                                                                                                                      

 

 

 

 LES ÉLUS / LE BUREAU DE L'UNOR 
 Président de l'UNOR  Lieutenant -colonel (R) Philippe Ribatto
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 Secrétaire général  Lieutenant-colonel (R) Laurent Tourtois Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 1er vice-président & président des régions
 Colonel (R) Philippe Montalbot
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 Vice-président Terre (Pdt ANRAT)  Colonel (H) Michel Bachette-Peyrade Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 Vice-président Marine (Pdt ACORAM)  Capitaine de vaisseau (H) Bruno Grout de Beaufort Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 Vice-président Air (Pdt ANORAA)  Lieutenant-colonel (R) Philippe Ribatto

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 Vice-président Gendarmerie (Pdt ANORGEND)  Capitaine (R) Renaud Ramillon-Deffarges

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 Vice-président SSA (Pdt UNMR/GORSSA)  Médecin chef des services (H) Xavier Sauvageon Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 Vice-président SEA (Pdt ANCRESEA)  Colonel (H) Denis Forterre Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 Vice-président officiers honoraires (Pdt ANOH)  Lieutenant-colonel (H) Bernard Brard Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 Trésorier général  Commissaire de 2e classe (R) Alain Layrac Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 Trésorier adjoint  Colonel (R) Hervé Boca Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 Trésorier adjoint  Lieutenant-colonel (H) Robert Fouillot Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 Trésorier adjoint  Colonel (H) Guy de Saint-Martin  
 Secrétaire adjoint  Lieutenant-colonel (R) Stéphane De Pauw

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 Secrétaire adjoint  Pharmacien principal (R) Marie-Pierre Antoine  
 Secrétaire adjoint  Colonel (H) Christian Ligeour  
     
 LES PERMANENTS DE L'UNOR 
 Délégué général  Lieutenant-colonel Jean Giacomazzo
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 Comptable et abonnements  Capitaine (er) Yves Dalmasie Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 Rédacteur en chef de la revue Armée & Défense
 et du site Internet de l'UNOR
 Commandant (R) Lionel Pétillon   Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
     
 LA COMMUNICATION DE L'UNOR 
 Responsable de la communication de l'UNOR
 M. Denys Chappey Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
     
LES RESPONSABLES DES ACTIVITÉS

 Responsable des activités tirs

 en cours de nomination  

 Responsable des activités montagne

www.unor-montagne.fr

 Lieutenant-colonel (H) Alain Bernier  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

06 12 20 91 58

 Responsable des activités raids

 Chef d’escadron (R) Henri Berberich  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

06 03 42 80 18

 Responsable des activités marches

 Lieutenant-colonel (R) Thierry Darney

  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

06 82 96 27 91

 Responsable des relations internationales  Lieutenant-colonel (R) Loïc Conquer

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

06 60 62 23 45

     
 COORDONNÉES
 Pour joindre l'UNOR Tél. 01 43 47 40 16   /   Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Fax. 01 49 28 02 87
 Adresse postale et physique
UNOR - 12, rue Marie-Laurencin 75012 Paris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En quoi consiste la réserve militaire ?

 

La réserve militaire est composée de citoyens volontaires, issus du monde civil ou militaire. En souscrivant un Engagement à Servir dans la Réserve (ESR), les réservistes, quel que soit leur statut (salarié, agent de la fonction publique, profession libérale, travailleur indépendant...), matérialisent leur participation à la défense du pays.

Relais vers la société civile, les réservistes transmettent une culture de défense et de sécurité. Cet "esprit de défense" permet de préparer la Nation à l’éventualité d’une crise grave, bouleversant la vie quotidienne des citoyens (tremblements de terre, inondations, actes terroristes, conflits...).

 

 

La réserve militaire est constituée de deux composantes
 

La réserve opérationnelle et la réserve citoyenne.

- Dans le cadre de la réserve opérationnelle, le réserviste peut s’engager dans la gendarmerie, l'armée de terre, l'armée de l'air et la marine.

- La réserve citoyenne est constituée, quant à elle, de bénévoles, sans condition d’âge, dont le rôle est de communiquer et de sensibiliser le public aux sujets proches de la défense nationale.

 

 

Quelles sont les conditions d'admission ?

 

- Être volontaire.

- Être de nationalité française.

- Être âgé de 17 ans au moins.

- Être en règle au regard des obligations du service national.

- Ne pas avoir été condamné soit à la perte de ses droits civiques ou à l’interdiction d’exercer un emploi public, soit à une peine criminelle, soit à la destitution ou à la perte du grade dans les conditions prévues par le code de la justice militaire.

- Posséder l’ensemble des aptitudes requises et notamment physiques.

- Pour les candidatures officiers, un BAC+2 minimum vous sera demandé.

 

 

En quoi consiste un engagement à servir dans la réserve opérationnelle ?

 

Engagé pour une durée de 1  à 5 ans, renouvelable, le réserviste peut assurer les mêmes missions que les militaires d'active.

Par ailleurs, s'il est volontaire, il peut participer aux opérations extérieures.

Cet engagement permet de tenir un poste prenant en compte les compétences de l’emploi civil ou les fonctions auxquelles on aspire sans corrélation directe avec sa profession, et que seule la réserve peut proposer.

 

 

Quelles sont les missions ?

 

Les missions du réserviste consistent notamment à :

- apporter un renfort temporaire aux forces armées en particulier pour la protection du territoire national (Sentinelle, Vigipirate) et dans le cadre des opérations conduites à l’extérieur ;

- participer au service quotidien des unités (patrouille de surveillance, dispositifs de recherche, missions de sécurité publique ou de lutte contre la délinquance...) ;

- secourir des populations sinistrées lors de catastrophes naturelles, accidentelles ou provoquées ;

- donner une expertise dans des domaines où l’armée connaît des besoins ponctuels.

 

Une bourse des emplois de la réserve (BdER) propose plusieurs centaines d'offres d'emploi, mises en ligne par les armées et services interarmées à l'intention des réservistes opérationnels.

 

 

Quelles sont les obligations et les droits du réserviste ?

 

Il doit servir :

- jusqu'à 30 jours par année civile, durée qui peut être portée à 60 jours pour répondre aux besoins des armées ;

- 150 jours en cas de nécessité liée à l’emploi des forces ;

- 210 jours pour les emplois présentant un intérêt de portée nationale ou internationale.

Le réserviste perçoit, dans les mêmes conditions que les militaires d’active, une solde et les accessoires. Il peut aussi percevoir une prime de fidélité ainsi qu'éventuellement d'autres mesures d'encouragement. Lorsqu'il sert dans la réserve, son contrat de travail est suspendu. Son absence ne peut être décomptée des congés payés et à son retour, il retrouve son emploi. Durant son engagement, il ne peut pas faire l'objet d'un licenciement, d'un déclassement professionnel ou d'une sanction disciplinaire.

 

Le code de la défense oblige les employeurs à libérer cinq jours par an les salariés engagés auprès de la réserve. En signant une convention de soutien avec le ministère de la Défense, l’employeur ou l’administration devient partenaire de la défense nationale.

 

 

Quelle formation reçoit-on ?

 

La réserve militaire s’inscrit dans un parcours continu, que tout citoyen peut et doit envisager, et qui débute avec l’enseignement de défense, se poursuit avec la participation au recensement et à la journée défense citoyenneté (JDC) pour se concrétiser par un éventuel engagement à servir dans la réserve.

La formation et l’entraînement varient selon la branche que l’on choisit.

 

 

À qui s’adresser ?

 

Il est possible de souscrire un engagement à servir dans la réserve opérationnelle au sein des forces armées, directions et services suivants :  

 

Comment suivre l'actualité de la réserve militaire ?

 

Toute l'actualité de la réserve militaire est sur :

- le site Internet de l'Union nationale des officiers de réserve et des organisations de réservistes (UNOR)

- le site Internet du Conseil supérieur de la réserve militaire (CSRM)

- le site interarmées des réserves militaire (SIRéM)

- La page Facebook

- le compte twitter @ReserveMiliFR

 

 

 

À lire également

 

 

 

Devenir réserviste dans la Gendarmerie nationale.

 

 

 

Devenir réserviste dans la Police nationale.   

 

 

 

 

Sources : http://www.gouvernement.fr - http://www.defense.gouv.fr

 

 

 

 

 

Page en construction

 

En construction

 

 

 

 

 

 

 

L'ensemble du territoire national (métropole et outre-mer), est couvert par des associations locales et par les sections de certaines associations nationales.

 

Les associations territoriales sont en contact étroit avec la société civile. Leurs membres ont tissé des réseaux de solidarité et d'information très présents dans tous les secteurs socio, culturels, économiques, politiques de la région.

 

Ravivage Flamme soldat inconnu par enfants des Mureaux 78

Ce secteur associatif de terrain constitue une ressource majeure pour les Armées en terme de :

  • recrutement de militaires d'active et de réserve,
  • reconversion, réinsertion après des contrats d'activités courts,
  • lien armée-Nation, au travers notamment de ses interventions en milieu scolaire et lors des cérémonies commémoratives
  • connaissance de la réserve militaire par sa contribution notamment à la JNR (Journée nationale du réserviste).

Les associations, conscientes qu'elles ont en charge de conduire une véritable mission au profit de la Défense, développent et formalisent des partenariats avec les autorités militaires locales dont les Délégués militaires départementaux (DMD).

 

 

On compte aujourd'hui 198 associations, dont 12 hors métropole (DOM-COM) et à l'étranger.


L'animation et la coordination des associations d'officiers de réserve territoriales (AORT) est assurée par un président national, élu par les administrateurs des AORT. Il est assisté par des présidences régionales (au niveau des régions économiques).

 

Au travers de ses AORT, l'Union nationale des officiers de réserve et des organisation de réservistes (UNOR) organise aussi des activités traditionnelles d'initiation et de maintien en condition, en liaison étroite avec le commandement et les unités ou corps militaires de la région :

Tir du CITOORM

  • Courses d'orientation
  • Raids-commando
  • Tir
  • Activités de montagne
  • Marches
  • Conférences
  • Visites

 

Lien vers l'agenda des manifestations...

 

 

 

logo UNOR

 

 

 

« Les officiers de réserve ont une place et une responsabilité majeures en raison de leur double appartenance,

de leurs compétences civiles et militaires et de leur connaissance

de la société civile et des Armées »

 

[Raymond Poincaré - ancien président de la République,

ancien président du Conseil, officier de réserve, fondateur de l'UNOR]

 

 

 

 

 

L'UNOR, l'Union nationale des officiers de réserve et des organisations de réservistes, a été créée en 1921 à Versailles par Raymond Poincaré. L'UNOR est une association régie par la loi du 1er juillet 1901, déclarée le 23 mai 1922, reconnue d’utilité publique par décret du 24 février 1967 .

 

photo lieutenant Raymond Poincaré

 

Raymond Poincaré qui avait été un officier de réserve très actif avant d'être élu à la charge de président de la République (1913-1920), avait regroupé autour de l'association de Seine-et-Oise* pas moins de 104 associations d'officiers de réserve (appelés alors officiers de complément).

 

Il présida l'UNOR jusqu'en 1922 puis fut remplacé, de 1923 à 1929, par André Lefèvre qui avait été ministre de la Guerre dans les cabinets d'Alexandre Millerand (1920).

 

 

 

 

Le lieutenant de chasseurs alpins Raymond Poincaré.

Photographie prise aux environs d'Annecy par le lieutenant Daudens,

en octobre 1897, à l'occasion de la dernière période d'instruction

militaire du futur président de la République.

[revue L'Illustration du 15 février 1913, n°3651]

 

 

 

 

 

 

Statue André Lefèvre à Versailles.jpgL'UNOR a rendu un vibrant hommage à son ancien président André Lefèvre décédé en 1929 en faisant ériger boulevard de la République, à Versailles, une statue à son effigie.

 

L'œuvre de Léon Roussel, fruit d'une souscription, fut inaugurée le 29 mars 1936 en présence du maréchal Pétain, du général Weygand et de M. Désiré Ferry, président de l'UNOR.

Cette statue a été détruite au cours de la Seconde Guerre mondiale.

 

En 1939, l'UNOR comptait 505 associations, représentant plus de 100 000 officiers de réserve.

 

 

Reconnue d'utilité publique (décret du 24 février 1967, J.O. du 25 février 1967) et de structure interarmées, l'UNOR rassemble environ 15 000 réservistes regroupés en près de 230 associations ou fédérations, apolitiques et non confessionnelles. Ces associations de réservistes sont à caractère national ou territorial. Elles sont rassemblées en un Conseil national.

 

L'UNOR bénéficie du soutien du ministère de la Défense.

 

Les adhérents des associations nationales appartiennent à une même armée, une même arme, un même service, ou encore à une même spécialité. Les adhérents des associations territoriales relèvent de différentes armées ou services. Ils se réunissent au niveau du département, de la commune et de l'arrondissement.


Ce croisement interarmées de structures nationales et territoriales est une spécificité de l'UNOR. Il constitue une grande force dans le contexte actuel, en permettant de relier tous les aspects des missions des associations.


La présidence et le bureau de l'UNOR sont constitués des présidents des associations nationales et du président des associations territoriales (élu par les associations locales ou régionales) ainsi que de membres élus. Y sont adjoints, au sein du comité opérationnel, les présidents régionaux (régions économiques) qui ont un rôle majeur de coordination des actions menées sur le terrain au profit des armées.


Au-delà de ses activités nationales, l'UNOR et les associations membres participent à des actions internationales, soit en bilatéral, soit dans le cadre de la CIOR (Confédération interalliée des officiers de réserves) et de la CIOMR (Confédération interalliée des officiers médicaux de réserve).

 

 

 

 

* Le vaste département de Seine-et-Oise a été supprimé le 1er janvier 1968 pour former les départements de l'Essonne, du Val-d'Oise et des Yvelines.

 

 Portrait Raymond Poincaré, président de l'UNOR

 

« À mes camarades officiers de complément.»